Le temps des bals clandestins

Le musée André Voulgre avait été sollicité pour prêter des objets pour le décor d’un film sur les bals clandestins en ce début d’année. Service rendu, voici le résultat !

Projection au cinéma Notre Dame

Le musée André Voulgre, les Amis du musée, la ville de Mussidan, RAS Production et l’Amicale laïque vous invitent à la projection du film d’Antoine Laura, le temps des bals clandestins le lundi 26 septembre à 20h45 au cinéma Notre Dame de Mussidan en présence du réalisateur Antoine Laura et de l’auteur Pascal Lamige.

La séance est gratuite !

Le temps des bals clandestins d'Antoine Laura

Le temps des bals clandestins d’Antoine Laura

C’était le temps des bals clandestins…

France, 22 juin 1940… C’est l’armistice. L’armée allemande se déploie. On plie l’échine face à l’ennemi. C’est le début de la résignation, des restrictions et des brimades. Plus question pour la jeunesse de compter s’amuser, les bals sont interdits et le resteront jusqu’à la fin de la guerre.

Cependant, à l’écart, en prêtant bien l’oreille, l’on entend encore le son d’un accordéon, l’écho de quelques pas de danse, autant de traces d’un désir irrépressible de « s’enivrer »… Dans une grange, à l’arrière‐salle d’un bar ou même sur de la terre battue, une jeunesse en quête d’évasion s’étourdit dans les bals clandestins… Mais s’amuser pendant que d’autres souffrent, est‐ce bien moral ?

Le temps des bals clandestins à travers l'écran

Le temps des bals clandestins à travers l’écran

Des décennies plus tard, c’est le silence. Les bals clandestins de l’époque sont tombés aux oubliettes. Par pudeur peut‐être, par respect pour les victimes aussi… Il y a dix ans, un accordéoniste professionnel décide de retrouver des témoins de l’époque, celle de ses parents. De l’eau a coulé sous les ponts, et, au soir de leur vie, ces hommes et ces femmes racontent : un sourire nostalgique, l’esquisse d’un pas de danse, une anecdote… Pendant trois ans, la caméra de Pascal Lamige sillonne la France. Il en ressort une collecte inédite de leurs témoignages. Pour tous, ces bals ont marqué l’histoire, leur histoire de l’Occupation. Mais au‐delà, ce désir pressant de désobéissance et de transgression… n’est il pas le début d’un acte de résistance ?

A bientôt !


 

Vu 92 fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.